Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La couleur surgit dans les salles obscures : de 1945 à 1960

Publié le par Imagin&vous

Après la Seconde Guerre mondiale, le cinéma commençait à se développer un peu partout en Europe. Cependant, le plus impressionnant succès fut le néoréalisme des producteurs italien. Ce nouveau contexte suscite la création du film « d’auteur » que l’on pouvait trouver dans beaucoup de pays d’Europe. La suprématie du temple du septième art « Hollywood » fut menacée pour la première fois. Dans les années 1960, elle traverse même sa première crise.

Les tournages hors studios

Pendant les années 1940, les producteurs italiens connurent une crise qui a presque été fatale pour l’industrie cinématographique à l’époque. Leur solution fut la descente dans les rues pour minimiser les coûts dans les studios. Le néoréalisme est né de ce mouvement. Comme ce nom l’indique, les réalisateurs ont accentué leur film dans les réalités de la vie : les misères que traversent les peuples. Des films qui satisfaisaient les commentaires des Italiens qui se lassaient des films pleins de futilité. Les films étaient joués par de multiples personnalités : des acteurs professionnels ou des amateurs. Les Italiens ont beaucoup apprécié cette révolution dans le monde du cinéma et elle s’est même propagée dans le monde entier. D’ailleurs, vous pourriez encore aujourd’hui rencontrer ce style.

L’amplification du néo-réalisme

Les sujets les plus évoqués dans les films néoréalistes sont souvent rattachés à l’humanisme, aux épreuves et à la détresse de la vie. D’un autre côté, ces films font jaillir un profond optimisme, et c’est ce qui fut à l’origine de leur réussite.

La majorité des réalisateurs ont donné plus d’importance à la cruauté de la vie quotidienne et aux dérives du peuple. Parmi ces réalisateurs, on peut citer l’exemple de Luchino Visconti qui a produit « Ossessione », en 1942 ou encore Roberto Rossellini qui a produit « Rome ville ouverte ». Ce dernier a ouvert officiellement le terme du néoréalisme, ce film est même classé comme l’œuvre qui a bousculé l’évolution du cinéma. Ce même cinéaste a produit le film « Paisà », un film composé de 6 épisodes et qui parle du monde pendant la guerre ainsi que de la réalité vécue juste après.

Au-devant du succès de ces deux cinéastes, de nombreux producteurs ont suivi leurs pas, à l’exemple de Vittorio De Sica, dans son film « Sciuscia » joué par deux enfants qui ciraient les chaussures et qui finissaient à la prison.